l oiseaux et moi

 

Blessé il me regarda
De son regard, je fus toucher
Tant de tristesse d’être blessé
Tant de mal à le regarder
Dans son regard, le cœur gros je le comprend
Pendant ce moment, pendant un instant, tout s’arrête
Juste les chants de ses amis, sous un dernier rayon de soleil
Comme pour un dernier au revoir
Doucement, les yeux commencent à lui fermer
Doucement une larme coule sur ma joue
Doucement, je le dépose à son dernier repos
Tant de différence, tant de ressemblance
Tant de choses dans un regard
Sans rien dire, sans parler
Juste écouter avec les yeux du cœur
Le soir au coucher, une pensée
Dans la nuit, pendant mon sommeil
il revint en sifflotant de nouveaux

la haut aux paradis il etais bien de nouveaux

Commentaires:

Laisser un commentaire

«
»